Biographie

*

Clelia Ifrim est née à Bucarest, où elle vit actuellement.
Elle est membre de l’Union des Ecrivains de Roumanie, et de l’Association Internationale des Ecrivains et des Artistes – IWA des Etats Unis.
Elle a débuté en poésie dans la revue Luceafãrul (l’Etoile du Soir) en 1979. „Il existe dans ces poèmes – écrit Aurel Dragoş Munteanuune tension de la pensée, une exactitude de l’expression qui traduit la souffrance de l’artiste”.
Elle a publié de la poésie, du théâtre, de la prose courte, des traductions et des essais dans diverses revues en Roumanie et à l’étranger : Roumanie Littéraire, Luceafărul (Etoile du soir), Arca , Vatra, Contrapunct (Roumanie), The Mainichi Daily News, The Asahi Shimbun/The Herald Tribune, Ko, Mushimegane, The Mie Times (Japonia), Cahiers Internationaux de Poésie, Origines, The Modern Haiku, Lynx- a journal for linking poets (USA). “C’est une poétesse aux mots très posés, et possédant une multitude de sens allant au-delà de ce qu’elle écrit “, écrit à son sujet l’éditeur de revue e-zine The Sound of Poetry.

Elle est présente dans diverses anthologies de poésie, parmi lesquelles “L’anthologie du Sonnet Roumain” et “Poésie-haiku ancienne et moderne ” (MQPublishing , Angleterre), anthologie comprenant “les 136 meilleurs poètes du monde entier .” (Jackie Hardy)
Elle a publié 18 livres. Parmi eux, Mon Japon bien-aimé (Best Books of 2011,The Japan Times), livre en roumain, anglais, français et allemand.
Hidenori Hiruta de Akita International, qui l’a traduite en japonais, écrit : “Lisez, je vous prie, ce livre, et plongez-vous tout entier dans l’univers d’un penseur et artiste fort original, dont la sensibilité remplit le coeur de chaque lecteur de la plus subtile musique des mots et des idées, que vous ayez jamais entendue.

Parmi ses publications plus récentes, on remarque le volume “Les enfants de la maison royale“, aux éditions Tracus Arte, 2012. Le livre comprend 5 pièces de théâtre et a été nominalisé pour le Prix de l’Union des Ecrivains. Sur la pièce qui donne le titre à l’ouvrage, Mircea Ghitulescu écrit : “travailler avec de tels symboles culturels majeurs témoigne d’une remarquable capacité de synthèse et d’un grand intérêt pour ce qu’il y a de meilleur dans la culture. L’audace des images, la dureté des répliques, leur sécheresse, tout est on ne peut plus adapté pour un spectacle ou une lecture publique.Elisabeta Pop écrit quant à elle au sujet de la pièce “Champ de médailles“, primée au Festival International de Courtes Pièces de Théâtre en 1993 à Oradea : “Les répliques sont essentiellement dramatiques, précises, les mots ont la dureté et la froideur du diamant.”

Parmi ses dernières parutions, mentionnons également le micro-roman “A qui appartient le jour d’hier ? “, paru en 2012 aux Editions Reflection Publishing aux USA, avec une présentation d’Andrei Zanca. Le poète et traducteur bien connu qui vit en Allemagne, écrit  : “Clelia Ifrim ressuscite avec talent et séduction l’art de raconter une histoire, sa clarté, sa concision et son charme particulier. Elle donne forme à un tissu où s’entremêlent de façon équilibrée des reflets de la réalité, entrecoupés de dialogues spontanés, laconiques, impliquant par là-même de fines analyses intérieures, traversés par un fil poétique tel “un soupir angélique”. Tous ces éléments tissés conjointement nous mènent vers un final harmonieux, qui demande une re-lecture : “L’heure du soir, lorsque Dieu descend dans le monde pour chercher ses enfants égarés”. Une révélation, et par conséquent, la certitude absolue d’une lecture incitante que l’on savoure lors des heures fertiles de la solitude.”
Sur ce même livre, Adrian Sîngeorzan s’exprime : “Clelia Ifrim écrit une prose délicate et grave, comme une aquarelle japonaise. L’histoire qu’elle raconte possède une substance et de la magie, elle part du quotidien et continue dans les niveaux élevés de l’existence. Un frisson magique enveloppe ses mots. Un auteur sensible, attentif  à la psychologie du monde dans lequel elle vit.”

Elle a obtenu de nombreux prix internationaux, le plus récent étant le Grand Prix, Festival Matsuo Basho, Japon, 2011.
Deux de ses poèmes ont été sélectionnés par JAXA – l’Agence Spatiale Japonaise – et déposés par le module spatial Kibo sur l’ISS- la Station Spatiale Internationale.
Le poète et traducteur Kiwao Nomura chargé de la sélection pour ce projet, écrit : Utilisant des mots simples, elle ne parle que d’amour et de départ.  Le poème de Clelia Ifrim semble être le mieux adapté pour faire la liaison avec l’astronaute Koichi Wakata.” Le poème a été envoyé depuis la terre à l’astronaute Wakata, se trouvant dans la Station spatiale internationale. Dans le film réalisé à bord du module spatial Kibo, il déclare“En lisant le 24ème lien écrit par Clelia Ifrim, j’ai senti que nous avions reçu un cadeau de nos parents, mais aussi de la terre mère. Lorsque j’ai regardé par la fenêtre de Kibo, la beauté de la Planète Bleue m’a frappé et j’ai été submergé de gratitude pour le cadeau que j’ai reçu de la terre.”

Le chemin de ceux qui sont nés sur terre est un rêve d’amour.
Je le tiens de mes parents et je l’emporterai avec moi
dans la nuit bleue éternelle, comme une partie de ma vie.

Clelia Ifrim

Advertisements

One response »

  1. Traian Vasilcau

    AVIZ

    PE ACEASTĂ CALE LANSĂM INVITAȚIA DE-A VĂ INCLUDE CU TOATĂ ARDOAREA LA REALIZAREA ULTIMEI ETAPE A DICŢIONARULUI SCRIITORILOR ROMÂNI CONTEMPORANI DE PRETUTINDENI ŞI A ANTOLOGIEI POEZIEI ROMÂNEŞTI ÎN MILENIUL TREI, PROIECTE COORDONATE DE ACAD. MIHAI CIMPOI.

    ÎN ACEST CAZ VĂ SOLICITĂM UN CV, O FOTOGRAFIE, PENTRU POEŢI+7 POEME ŞI O ADRESĂ POŞTALĂ (ORAŞ, STRADĂ, AP. ETC), INCLUSIV DE E-MAIL.

    CU ALEASĂ PREȚUIRE,

    TRAIAN VASILCĂU(TRAIANUS),

    DIRECTOR GENERAL PROIECTE LITERARE,
    SOCIETATEA CULTURALĂ ” PASĂREA PHOENIX”,
    CHIŞINĂU

    email: societateaphoenix1@gmail.com
    Data limită- 30 mai 2014

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: